Histoire & Patrimoine

Accueil /// Histoire & Patrimoine /// Personnages célèbres /// Ecrivains /// Les pardons fleuris

Les pardons fleuris

En 1905, Théodore Botrel eut la poétique idée de fonder en Bretagne une série de « pardons fleuris » pour exalter les traditions bretonnes. Il plaça son rêve sous le patronage de Frédéric Mistral, le père de Mireille.
En 1905 eut donc lieu le 1er pardon des Fleurs d’Ajoncs à Pont-Aven, suivi en 1906 du pardon des Fleurs de Blé Noir à Dinan, sa ville natale. Messes, cortèges, couronnement de la Reine, théâtres, danses et musiques se déroulaient les années impaires à Pont-Aven, les années paires à Dinan. Avec le pardon des Fleurs de Genêts en Loire-Inférieure, le pardon des Fleurs de Bruyères dans le Morbihan et le pardon des Fleurs de Pommiers en Ille-et-Vilaine, le bouquet breton aurait été complet.
Les costumes, les danses et musiques bretonnes ... voilà ce que Théodore Botrel voulait glorifier. Idée complétée d’une pensée caritative puisque les bénéfices de la fête étaient redistribués aux pauvres du pays.
Aussi appelée pardon des Ajoncs d’Or à une époque, la fête des Fleurs d’Ajonc renouvelle ses fastes chaque premier dimanche d’août. Messe bretonne, défilé des cercles, bagadoù et individuels costumés, couronnement de la Reine, lâcher de pigeons, spectacles folkloriques ... la tradition se perpétue.

Ajouter au carnet de voyage
Les pardons fleuris 366
  • Lecture au chaos de l’Aven
  • Lecture au chaos de l’Aven

Inscrivez-vous sur notre newsletter

Galerie

  • La campagne
  • La ville
  • La mer
  • Pont-Aven, hier
  • Le port
  • Les moulins
  • Nizon

Agenda

Brochures

PLAN PONT-AVEN

Partager la page