Histoire & Patrimoine

Accueil /// Histoire & Patrimoine /// Personnages célèbres /// Artistes /// Wladyslaw SLEWINSKI (1856 – 1918)

Wladyslaw SLEWINSKI (1856 – 1918)

Né à Bialynin-su-Pilica, en 1856, dans une famille de la noblesse polonaise, Slewinski est chargé par son père d’administrer le domaine familial. Mais il se révèle un gestionnaire négligent, ce qui le réduit à fuir devant les créanciers, la saisie de ses biens et la colère paternelle. Cette rupture le conduit à Paris en 1888, sans métier et sans ressource. Néanmoins, il réussit à s’inscrire à l’Académie Julian dans l’atelier de Baschet, puis à l’Académie Colarossi.

C’est rue de la grande Chaumière, lieu de rencontre de la bohème artistique et littéraire, qu’il rencontre Gauguin en 1889. Leur sympathie est réciproque. Dès lors, Slewinski, ébloui, décide de devenir peintre et d’entrer dans le cercle de Gauguin. En 1890, il suit son maître en Bretagne et cet exil permettra au talent inné qui sommeille en lui de s’exprimer.

L’océan devient le motif principal qui attirera Slewinski chaque année sur la côte du Pouldu où il rencontre les autres peintres du groupe, particulièrement O’Conor avec lequel il a beaucoup d’affinités, et Chamaillard. A partir de 1933, il loue la villa « St Joseph » au Pouldu où il accueille avec largesse Gauguin et Annah la javanaise au printemps 1894.

En mars 1894, il participe à la 6è exposition des peintres Impressionnistes et Symbolistes chez Le Barc de Boutteville. En 1896, il expose, pour la première fois, au Salon des Indépendants. Puis en 1897-98, la galerie Georges Thomas lui consacre 2 expositions individuelles.

En 1899, à Florence, il épouse Eugénie Schevzoff, peintre russe et vit confortablement entre Paris et la Bretagne, subvenant à l’occasion aux besoins de ses amis peintres. Tourmenté cependant par le mal du pays, Slewinski décide en 1905 de retourner en Pologne porter la bonne nouvelle de Pont-Aven, mais il ne sait pas résister au courant traditionnel de la peinture polonaise et traverse une crise aigue. La nostalgie le fait revenir définitivement dans sa seconde patrie en 1910. Et c’est à Pont-Aven d’abord, puis à Doëlan qu’il choisit de vivre, jusqu’à sa mort à Paris en 1918.

L’art de Slewinski se caractérise par un synthétisme calme, aux couleurs sombres ou éteintes, incitant à la contemplation et à la réflexion. Ses peintures doivent peu à Gauguin. Sa palette est restreinte.

Ajouter au carnet de voyage
Wladyslaw SLEWINSKI (1856 – 1918) 364
  • Panneau d’entrée de ville - musée
  • Panneau d’entrée de ville - musée

Inscrivez-vous sur notre newsletter

Galerie

  • La campagne
  • La ville
  • La mer
  • Pont-Aven, hier
  • Le port
  • Les moulins
  • Nizon

Agenda

Brochures

PLAN PONT-AVEN

Partager la page